Degraded Mausoleum, a killer running loose?

journal3

Gloomywood Daily News, novembre 26, 1958

While everybody thought the « Mad Busman » out of business since Pollux Charon was shot dead by the police last week during an arrest attempt, a desecration at Gloomyditch Cemetery leads us to think we may be back to square one.

Alerted by morning visitors, the cemetery caretaker has discovered this morning that Ward family’s mausoleum had been vandalized during the night. Inscriptions, made with blood according to some witnesses (unconfirmed by the police), now adorn the family tomb where were recently buried the three children of Joseph and Martha Ward, last known victims of the Mad Busman.

As in previous cases, a gore poem was painted over the victims’ tomb. Did the Police killed the wrong suspect? Did the Mad Busman had an accomplice since the beginning? Or is this a copycat at play? Anyway, it is more than likely that a vicious murderer is still driving freely around!

What’s for sure, it’s that we have no choice but to keep driving our children to school ourselves, because who knows who will drive the next school bus …

Gloomywood Daily News, 26 novembre 1958

Alors que l’on pensait l’affaire du « Ramasseur » enterrée avec la mort de Pollux Charon, abattu par la police la semaine dernière lors de sa tentative d’interpellation, une profanation au cimetière de Gloomyditch vient tout remettre en cause.

Alerté par des visiteurs matinaux, le gardien du cimetière a en effet découvert ce matin que le mausolée de la famille Ward avait été vandalisé à la faveur de la nuit. Des inscriptions, réalisées avec du sang selon certains témoins (information non corroborée par la police), ornent désormais le tombeau de la famille, dans lequel ont été récemment inhumés les trois enfants de Martha et Joseph Ward, dernières victimes connues du Ramasseur.

À l’instar des cas précédents, la sépulture des victimes a été marquée d’un poème macabre. La police aurait-elle tué le mauvais criminel ? Le Ramasseur avait-il, depuis toujours, un complice ? S’agit-il de l’acte d’un imitateur ? Quoi qu’il en soit, il est plus que probable qu’un tueur soit encore en liberté dans nos rues !

Il ne nous reste plus qu’à continuer d’emmener nos enfants à l’école nous-mêmes, car qui sait qui conduira le prochain car de ramassage scolaire…

Inspiration: Lewis « Delicatessen » Normann.

Uncle Lewis

Just like the kid who realized this drawing « for Uncle Lewis », we were rather pretty inspired when we created this character…

Before telling you everything, we take our inspiration on real facts to build the 2Dark’s universe, but it doesn’t mean we praise those who (alas) commit them. Thank you to consider this before commenting.  

Our Lewis wears a pig’s mask in reference to Geoffrey Portway, aka. « Fat Longpig « . Portway and his accomplices were arrested while we were writing the first draft of 2Dark. They were planning to kidnap children in order to rape them, kill them and ultimately eat them.
He even had fitted out a « dungeon » to fulfill his (nefarious?) plans. Fortunately, he was arrested in time. He has been condemned for possession and distribution of child pornography, and solicitation to commit a crime of violence.

Another inspiration is Albert Fish, a cannibal and serial killer, who was found guilty of murdering and eating four children at the beginning of the 20th century. He is believed to have killed up to four hundred people!
The detail which inspired the Lewis‘s personality: a letter Fish sent to one of his victims’ relatives. It describes why and how he cooked and ate the little Grace Budd.
Let us add that Fish’s way to approach children was to offer them candies…

Obviously, there’s also a little bit of Sweeney Todd in Lewis. This “famous” barber from London murdered his customers with razors, whereas his accomplice, Mrs. Lovett, got rid of the corpses by turning them into meat pies. It’s probably from Tim Burton’s musical, which made this legend so famous, that we pulled Lewis’ « grotesque » feel.

Finally, it’s because he’s a butcher that Lewis was nicknamed « Delicatessen ». There is also maybe a little bit of Jean-Pierre Jeunet’s movie inside…

Tout comme l’enfant qui a réalisé ce dessin « pour tonton Lewis », nous avons été plutôt inspirés lors de la création de ce personnage…

Avant toutes choses, nous nous sommes inspirés de faits réels pour construire l’univers de 2Dark, mais ce n’est pas pour autant que nous désirions faire l’éloge de ceux qui les ont (hélas) commis. Merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

Notre Lewis porte un masque de cochon en référence à Geoffrey Portway, connu sous le pseudonyme de « Fat Longpig ». Lorsqu’il a été arrêté, alors que nous étions en pleine conception de 2Dark, Portway planifiait, avec l’aide de complices, d’enlever des enfants afin de les violer, de les tuer puis les manger.

Il avait même aménagé un « donjon » de détention et de torture pour mener à bien ses projets. Heureusement démasqué à temps, il été condamné pour possession et partage de pornographie infantile.

Autre source d’inspiration, Albert Fish, tueur en série cannibal, reconnu coupable de meurtre et cannibalisme sur quatre enfants au début du XXème siècle. Mais on lui attribue au total quelques quatre cents victimes !

Le détail qui a inspiré la personnalité de Lewis : une lettre que Fish adresse aux parents d’une de ses victimes. Il y décrit pourquoi et comment il a cuisiné, puis mangé, la petite Grace Budd.

Ajoutons que pour approcher les enfants et les mettre en confiance, Fish leur offrait des bonbons…

Bien entendu, il y a aussi un peu de la légende de Sweeney Todd, barbier londonien qui assassinait ses clients avec son rasoir tandis que sa complice, Mrs. Lovett, se débarrassait des corps en les utilisant pour garnir ses tourtes à la viande. C’est probablement de la comédie musicale de Tim Burton qui a popularisée cette légende que Lewis a tiré son « grotesque ».

Enfin, c’est parce qu’il est charcutier que Lewis a reçu le pseudo de « Delicatessen », mais il y a peut-être aussi un peu du film de Jean-Pierre Jeunet…

Gloomywood City (Part #2)

Massacre at Gloomywood University

1958 – Massacre at Gloomywood University

After a short episode about Gloomywood City’s genesis, here is another dark story about Gloomywood…

After the ravage of the Great War, Gloomywood City was starting to look even gloomy-er. But in 1950, a man named Erick Scarlett smelled good business there and got an authorization to exploit the stocks of abandoned wood in disused sawmills. He hired the aimless inhabitants at a bargain and started manufacturing wooden construction toys. His success made him one of the leaders on the toy market. And as Politics is never far from business, Erick Scarlett decided to take the fate of Glomywood City into his own hands.

He modernized the city, rebuilt its center, added stores and made shine again the Gloomywood City’s tarnished emblem. New people came, the city modernized its police station, schools were filled again and cultural places resumed their activities. The University was so qualified that it became a reference, especially in Medicine. There was even a Psychopathology Department with a “Criminology and Behavior Analysis  » program.

And that very department is where, during the winter of 58, tragedy struck…

On February 5th, while he was crossing Grim Park to go to work, Leopoldo Jouany, a chemistry assistant, discovered three mutilated bodies staged in a strange esoteric way. Detective Smith was immediately put in charge of the investigation…

He needed only a few hours to determine the victims’ identity: three young students of the “Criminology and Behavior Analysis” program. The story hogged the headlines and the panic spread across the Gloomywood’s citizens, especially because the Police was clueless about the investigation and about the meaning of the bodies’ scarifications or their arrangement…

Smith and his team cross-examined all the staff and the students, in particular those of Psychopathology Department, held by Doctor Sergei Krach. They inspected Grim Park with a fine-tooth comb… But they couldn’t find anything… Not even the slightest clue! The investigation was at a standstill…

Anyway, months later, the press was still talking about the Gloomywood “Serial Killer”, laughing at the Police’s incompetence and feeding the ambient paranoia.

To be continued…

1958 – Massacre à l’université de Gloomywood

Après un court épisode sur la genèse Gloomywood City, voici une autre des noires histoires de Gloomywood…

Suite aux ravages de Grande Guerre, Gloomywood City prit des allures de mouroir. Mais en 1950, un certain Erick Scarlett flaira la bonne affaire et obtint l’autorisation d’exploiter les stocks de bois abandonnés des scieries désaffectées. Il embaucha à bas prix les habitants désœuvrés et se lança dans la fabrication de jeux de construction en bois. Son succès le propulsa au rang de leader du marché du jouet, et la politique n’étant jamais très loin des affaires, Erick Scarlett décida de prendre en main le destin de Glomywood City.

Il modernisa la ville, rebâtit son centre, y ajouta des commerces et fit à nouveau briller le blason terni de Gloomywood City. La ville se repeupla, se dota d’un poste de police plus moderne, les écoles se remplirent à nouveau, les lieux culturels reprirent leurs activités et l’université se développa au point de devenir une référence dans divers secteurs, notamment en médecine. Il y avait même ce que l’on appellerait de nos jours un département de psychopathologie clinique, bref des brillants cerveaux s’intéressant aux méandres de l’âme humaine, avec notamment un cursus « Criminologie et Analyse comportementale ».

Et c’est dans ce département que durant l’hiver 1958, le drame survint…

Le 5 février, alors qu’il traversait Grim Park pour aller travailler, Leopoldo Jouany, un assistant en chimie, découvrit trois corps mutilés et mis en scène de manière étrangement ésotérique. C’est le Détective Smith qui fut immédiatement chargé de l’enquête…

Quelques heures lui suffirent pour déterminer l’identité des victimes : trois jeunes étudiantes en Criminologie et Analyse comportementale. Bien entendu, la presse en fit ses gros titres et une certaine panique s’empara de tout Gloomywood, d’autant que la police était incapable d’avancer une piste et encore moins d’expliquer la signification des scarifications ou de la position des corps…

Smith et son équipe interrogèrent tout le personnel et les étudiants, en particulier ceux du département de psychopathologie dirigé par le Docteur Sergei Krach. Ils passèrent Grim Park au peigne fin… Mais rien… Pas le moindre petit indice ! L’enquête piétina…

Des mois après cependant, la presse continuait à parler du « serial killer » de Gloomywood, raillant régulièrement l’incompétence de la police et maintenant la paranoïa de la population.

A suivre…

Is he the right child?

blog9-9

Mais, après tout, est-ce que tous ces enfants ont véritablement envie, ou simplement besoin, d’être sauvé par Mr Smith ? Le petit Simon a l’air, ici, bien abandonné. Mais est-ce une raison suffisante pour qu’il suive un étranger ? Et Smith est-il bien sûr de lui ? Cet enfant a-t-il vraiment été kidnappé ? Ou simplement est-ce le bon enfant ?…
But, after all, do all these kids really want, or simply need, to be rescued by Mr. Smith? Little Simon appears here, as if abandoned. But is it reason enough to follow a stranger? And is Smith really confident? Was this child really kidnapped? Or simply, is he the right child?

 

Gloomywood City (Part #1)

smith

Sur cette photo relativement ancienne de Smith (et mal cadrée), on découvre dans le fond, la ville de Gloomywood… Laissez-moi vous parler un peu de cette ville maudite à la destinée cruelle.

Fondé à l’embouchure de Stiffs River, Gloomywood a toujours été « le bout de la route », simplement peuplé par une poignée de bucherons et coureurs des bois. Au début du XIXème, c’est pourtant le commerce du bois qui donna son ampleur à la ville. Le port s’industrialisa et de grands navires venaient s’y amarrer pour faire provisions de troncs… Le commerce du papier alors florissant sur la côte réclamait de plus en plus de matières premières.

Gloomywood se dota à cette époque de plusieurs églises et écoles, d’une chambre du commerce à l’architecture extraordinaire, d’un complexe sportif, d’un parc d’attraction et même d’une université… Mais le commerce du bois n’eut qu’un temps : l’acheminement par bateau n’étant plus concurrentiel, il fallut construire une vaste usine à papier sur place. Mais il était déjà trop tard… La bonne fortune quitta définitivement Gloomywood ! Qui se vida progressivement de ses habitants…

Pendant la grande guerre, le port de Gloomywood, que l’armée ennemie devait juger stratégique, fut plusieurs fois bombardé. Et dans bien des endroits de l’actuelle cité, personne ne s’est donné la peine de reconstruire sur les décombres… A la fin du conflit, les plus démunis du pays vinrent s’installer dans les ruines, les plus recherchés par la police également. C’est à cette époque que commence la terrible malédiction de Gloomywood !

A suivre…

On this relatively old (and out of focus) photo of Smith, we discover in the background, the city of Gloomywood … Let me tell you a little about that cursed town and its cruel fate.

Established at the mouth of Stiffs River, Gloomywood has always been « the end of the road », simply populated by just a handful of lumberjacks and trappers. In the early nineteenth century, it is nevertheless the timber business that gave its scale to the city. The harbour became industrialized and big ships came to moor there to get some trunks… The paper industry while blooming on the coast demanded more and more raw materials.

At this time, Gloomywood endowed itself of several churches and schools, a chamber of commerce with an extraordinary architecture, a sports complex, a theme park and even a university… But the timber business did not last: the delivery by sea was no longer competitive; Gloomywood had to build a large paper mill on site. But it was already too late… Good fortune finally left Gloomywood! Which gradually emptied of its inhabitants…

During the Great War, the Gloomywood harbour, that the enemy were to hold strategic, was repeatedly bombed. And in many places the actual city, no one bothered to rebuild on rubble… At the end of the conflict, the poorest people of the country came to live in these ruins, the most wanted by the police also. And it was at this time that begins the terrible curse of Gloomywood!

To be continued…