And some poetry…

cannibal

Do you know the mexican José Luis Calva Zepeda, known as « el caníbal de la Guerrero »? In addition to few murders, he also wrote an unfinished collection of poems entitled « Instintos Canibales o 12 días »…
We’ll let you search on Internet if you’re in the mood.

However José Zepeda inspired one of our characters and, in 2Dark, there is also some poetry! Not always very good nor very tasteful…

« Make her feel excruciating pain
Stop a minute then start again
Continue for days, increase the ordeal
Cut her up and hear her squeal »

Connaissez-vous le mexicain José Luis Calva Zepeda, dit « el caníbal de la Guerrero » ? En plus d’une dizaine de meurtres, on lui doit également un recueil inachevé de poésies intitulé « Instintos Caníbales o 12 días »…
On vous laisse chercher sur Internet si le cœur vous en dit.

José Zepeda a cependant inspiré l’un de nos personnages et, dans 2Dark, il y a aussi de la poésie ! Pas  toujours de très bonne qualité, ni de très bon gout…

« Lui infliger les pires souffrances
Pendant un instant ou à outrance
À ma convenance, des jours entiers
La découper et l’écouter hurler »

Inspiration: Lewis « Delicatessen » Normann.

Uncle Lewis

Just like the kid who realized this drawing « for Uncle Lewis », we were rather pretty inspired when we created this character…

Before telling you everything, we take our inspiration on real facts to build the 2Dark’s universe, but it doesn’t mean we praise those who (alas) commit them. Thank you to consider this before commenting.  

Our Lewis wears a pig’s mask in reference to Geoffrey Portway, aka. « Fat Longpig « . Portway and his accomplices were arrested while we were writing the first draft of 2Dark. They were planning to kidnap children in order to rape them, kill them and ultimately eat them.
He even had fitted out a « dungeon » to fulfill his (nefarious?) plans. Fortunately, he was arrested in time. He has been condemned for possession and distribution of child pornography, and solicitation to commit a crime of violence.

Another inspiration is Albert Fish, a cannibal and serial killer, who was found guilty of murdering and eating four children at the beginning of the 20th century. He is believed to have killed up to four hundred people!
The detail which inspired the Lewis‘s personality: a letter Fish sent to one of his victims’ relatives. It describes why and how he cooked and ate the little Grace Budd.
Let us add that Fish’s way to approach children was to offer them candies…

Obviously, there’s also a little bit of Sweeney Todd in Lewis. This “famous” barber from London murdered his customers with razors, whereas his accomplice, Mrs. Lovett, got rid of the corpses by turning them into meat pies. It’s probably from Tim Burton’s musical, which made this legend so famous, that we pulled Lewis’ « grotesque » feel.

Finally, it’s because he’s a butcher that Lewis was nicknamed « Delicatessen ». There is also maybe a little bit of Jean-Pierre Jeunet’s movie inside…

Tout comme l’enfant qui a réalisé ce dessin « pour tonton Lewis », nous avons été plutôt inspirés lors de la création de ce personnage…

Avant toutes choses, nous nous sommes inspirés de faits réels pour construire l’univers de 2Dark, mais ce n’est pas pour autant que nous désirions faire l’éloge de ceux qui les ont (hélas) commis. Merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

Notre Lewis porte un masque de cochon en référence à Geoffrey Portway, connu sous le pseudonyme de « Fat Longpig ». Lorsqu’il a été arrêté, alors que nous étions en pleine conception de 2Dark, Portway planifiait, avec l’aide de complices, d’enlever des enfants afin de les violer, de les tuer puis les manger.

Il avait même aménagé un « donjon » de détention et de torture pour mener à bien ses projets. Heureusement démasqué à temps, il été condamné pour possession et partage de pornographie infantile.

Autre source d’inspiration, Albert Fish, tueur en série cannibal, reconnu coupable de meurtre et cannibalisme sur quatre enfants au début du XXème siècle. Mais on lui attribue au total quelques quatre cents victimes !

Le détail qui a inspiré la personnalité de Lewis : une lettre que Fish adresse aux parents d’une de ses victimes. Il y décrit pourquoi et comment il a cuisiné, puis mangé, la petite Grace Budd.

Ajoutons que pour approcher les enfants et les mettre en confiance, Fish leur offrait des bonbons…

Bien entendu, il y a aussi un peu de la légende de Sweeney Todd, barbier londonien qui assassinait ses clients avec son rasoir tandis que sa complice, Mrs. Lovett, se débarrassait des corps en les utilisant pour garnir ses tourtes à la viande. C’est probablement de la comédie musicale de Tim Burton qui a popularisée cette légende que Lewis a tiré son « grotesque ».

Enfin, c’est parce qu’il est charcutier que Lewis a reçu le pseudo de « Delicatessen », mais il y a peut-être aussi un peu du film de Jean-Pierre Jeunet…